5 conseils pour les acheteurs d'une premiere maison

Série « Demandez à un expert » de BMO : 5 conseils pour les acheteurs d’une première maison

L’an dernier, j’ai été le premier invité de « Demandez à un expert », une série d’émissions baladodiffusées du BMO Groupe financier animée par John Turner, directeur des prêts hypothécaires de BMO. Mon entrevue avait pour titre « Cinq bons conseils sur l'achat d’une première habitation ». Vous trouvez ci-dessous un résumé de mes commentaires.

Conseil no 1 :C’est en forgeant qu’on devient forgeron

Comment les acheteurs d’une première habitation peuvent-ils prendre l’habitude de l’inévitable réalité du remboursement d’un prêt hypothécaire?

Je pense que la plupart des acheteurs d'une première maison paient un loyer mensuel – à moins qu’ils ne vivent chez leurs parents – et ont donc l’habitude de payer pour se loger. La question est toujours la même : êtes-vous disposé à assumer l'ensemble des coûts associés à l’accès à la propriété (être propriétaire d'une maison)? Et la seule façon de prendre une décision éclairée est de se faire expliquer par quelqu’un – un courtier immobilier ou un prêteur hypothécaire – toutes les variables à ce sujet.

Conseil no 2 :Épargnez pour la mise de fonds

Lorsqu’un individu, un couple ou une famille décident d’acheter une maison un jour, ils n’ont pas d’autre choix que de commencer à épargner. Il existe plusieurs véhicules, dont le RÉER dans le cas des acheteurs d’une première maison. La mise de fonds doit atteindre 5 % et vous devez avoir assez d’argent pour payer les frais de dossier, qui varient de 1,5 % à 2 %.

Prévoyez toujours un coussin de sécurité, parce qu’il y aura toujours des imprévus. Vous n’avez vraiment pas besoin de devenir un propriétaire de maison sans le sou. Il vaut donc mieux disposer d’une réserve de fonds quand vous achetez votre première maison. Vous pouvez aussi demander des cadeaux en argent aux membres de votre famille, afin de vous aider à faire votre premier achat. Mais vous ne pouvez pas acheter une maison sans mise de fonds.

Conseil no 3 :Choisissez une équipe gagnante

Trouvez un courtier immobilier qui prendra le temps et aura la patience de vous expliquer vraiment à fond le processus de l'achat d'une maison. Ce courtier vous mettra en contact avec un conseiller juridique qui protègera vos intérêts et veillera à que les documents relatifs au prêt hypothécaire soit adéquats pour votre propriété.

Vous devez aussi retenir les services d’un bon inspecteur de maison, qui ne se contentera pas de procéder à un examen rapide, mais vous signalera les lacunes, s’il y en a. Car, en général, vous possédez des connaissances limitées en matière de construction et les questions qui s’y rapportent...

Vous devrez obtenir un certificat d'arpentage ou retenir les services d'un arpenteur qui s'assurera que la maison que vous achetez se trouve sur le terrain en bonne et due forme et n’empiète par sur des règlements municipaux en vigueur. C’est un processus compliqué.

L’autre spécialiste est l’assureur. Il vous aidera à assurer votre maison et son contenu contre le feu, les inondations, les tremblements de terre, etc., selon le quartier où se trouve votre maison.

Habituellement, c’est le banquier ou le prêteur hypothécaire qui présente les intervenants (votre équipe) qui vous aideront. Demandez toujours « Pourquoi recommandez-vous cette entreprise ou cette personne? ». Quand vous rencontrez les intervenants, demandez-leur des références.

Conseil no 4 :Avant de vous jeter à l'eau

Je suis catégoriquement convaincu qu'un acheteur de maison a besoin d'une préapprobation. C'est un impératif, particulièrement quand la conjoncture est changeante. Quand les taux d’intérêt fluctuent, vous pouvez bloquer un taux d’intérêt en obtenant une préapprobation.

Conseil no 5 :Remboursez l’hypothèque plus rapidement

J’ai remarqué que les propriétaires de maison décident tout d’un coup de réduire l'intérêt à payer et augmentent le montant des remboursements de leur hypothèque, chaque mois ou deux fois par an ou, encore, font un versement supplémentaire fixe pour réduire le résidu d’intérêt. Si vous ne faites qu’un remboursement fixe par mois sur une période de 25 ans, que le taux d’intérêt n’a pas varié et que vous n’avez apporté aucun ajustement à vos remboursements, cela représente beaucoup d’intérêt. J’estime cependant que les prêteurs hypothécaires expliquent très bien la situation aux propriétaires de maison et que ces derniers les écoutent attentivement, afin de réduire leur dette.

Publié par Don Lawby sur 19 mars 2010

Blog Archives

Tags