Boisbriand Inscriptions immobilières et informations

Boisbriand

En 1683, Louis XIV, Roi de France, remet au gentillhomme et militaire Michel-Sidrac Dugué de Boisbriant un vaste territoire situé au nord de la rivière des Mille Îles. En 1740, Marie-Thérèse Du Gué de Boisbriand, fille de Michel-Sidrac, s'occupe activement de la colonisation du territoire. Les Charbonneau, premiers résidents de la seigneurie, s'installent près de la Grande-Côte.

L'implantation d'une première paroisse en 1789 concrétise les efforts de colonisation et contribue à l'accélération du peuplement de la région. La construction d'une église, plus au nord (site actuel de l'église de Sainte-Thérèse), permet de créer un nouveau pôle d'attraction. Une quinzaine d'années plus tard, on assiste à la construction des premières routes publiques, dont le boulevard Curé-Labelle, qui s'appelait à l'époque « la Grande ligne ».

Il faut attendre en 1845 avant que ne s'installe un nouveau système d'administration prévoyant l'élection d'administrateurs (maire et échevins) par les propriétaires fonciers. L'année 1888 marque l'avènement de l'électricité dans la région et l'ère industrielle débute.

Le 1er janvier 1946 est fondée la municipalité de Sainte-Thérèse-Ouest. Il s'agit d'un détachement de la grande paroisse de Sainte-Thérèse qui comptait à l'origine les territoires actuels de Saint-Augustin, Saint-Janvier, Sainte-Monique, Sainte-Thérèse, Rosemère, Bois-des-Filion, Lorraine et Blainville. Le 15 juillet 1970, alors que la population de la municipalité compte 5 600 âmes, le Lieutenant-gouverneur du Québec accueille la requête de celle-ci et lui décerne par lettres patentes le statut de « ville » régie par la Loi sur les cités et villes sous le nom de « Sainte-Thérèse-Ouest ». Le conseil de cette municipalité, qui ne comporte qu'un seul quartier, est composé du maire et de six échevins.

En 1969, la municipalité de Sainte-Thérèse-Ouest a été tenue de se défaire d'une partie importante de son territoire au moment où le gouvernement du Canada expropriait un vaste territoire pour l'aménagement du futur aéroport international de Montréal qui allait être désigné ultérieurement sous le nom de Mirabel. C'est ainsi qu'une partie de la côte-nord et tout le territoire situé au nord de ce chemin, incluant la Côte Sainte-Marianne, faisait dès lors partie du territoire de la ville de Mirabel.

Le 16 mars 1974, le nom de la ville de « Sainte-Thérèse-Ouest » était changé en celui de « ville de Boisbriand » par proclamation signée du Lieutenant-gouverneur du Québec. Ce changement de nom concluait un débat amorcé dès 1969, entre les tenants de la thèse conservatrice et les citoyens qui désiraient apporter une désignation plus originale et exclusive à leur ville qui s'était au fil des années développée en marge de la grande paroisse de Sainte-Thérèse.

En 1994, la Commission de représentation électorale du Québec sanctionnera la division de la ville en districts électoraux qui seront au nombre de huit. Cette division était obligatoire puisque la population officielle de la ville atteignait plus de 20 000 habitants.

La communauté juive hassidique de Kiryas Tosh (Ville de Tosh) est située dans la partie ouest de la municipalité. En 1963, le Rebbe (Rabbi) Meshulim Feish Lowy a fondé la communauté, qui compte aujourd'hui 3 000 résidents.

Pour plus, cliquez les onglets suivants.à:

La symbolique de notre logo

Notre politique de La Famille

Notre politique culturelle

Nos Services aux citoyens

Qu'est le Faubourg Boisbriand

Et ....encore plus sur le Faubourg

Blogue de la municipalité de Boisbriand

Tous les articles de blogue concernant Boisbriand

Experts du marché local