Voici cinq conseils susceptibles d'aider les Canadiens à choisir le bon prêt hypothécaire.


[Photo: Shutterstock]

Seuls 33% des propriétaires canadiens ont lu l'entièreté de leur contrat de prêt hypothécaire et, parmi ceux qui en ont lu au moins une partie, seulement 27% en ont compris tout le contenu, révèle le sondage sur les prêts hypothécaires 2015 réalisé par la Banque Scotia.

«Acheter une demeure est à la fois grisant et stressant, et c'est pourquoi les clients devraient rencontrer un conseiller pour s'assurer de bien comprendre toutes les modalités du contrat de prêt hypothécaire et choisir ce qui leur convient», mentionne David Stafford, directeur général, Crédit garanti par un bien immobilier à la Banque Scotia.

Celui-ci évoque la souplesse offerte par les options de remboursement anticipé, de paiements à la quinzaine et de transport du prêt hypothécaire peut aider les clients à économiser des milliers de dollars en intérêt et en frais à long terme.

Le sondage montre que parmi les répondants qui possèdent une habitation ou envisagent d'en acquérir une, le principal facteur dans le choix d'un prêt hypothécaire (84%) est un taux d'intérêt concurrentiel.

Les autres facteurs recherchés sont la possibilité de rembourser le prêt en tout temps sans pénalité (63 %) et les options de remboursement anticipé sans pénalité (60 %).


Voici cinq conseils susceptibles d'aider les Canadiens à choisir le bon prêt hypothécaire.

En premier lieu, il est primordial de connaître sa capacité d'emprunt. David Stafford suggère donc d'établir une stratégie globale avec un conseiller afin de déterminer cette capacité en tenant compte de l'ensemble du portrait financier de l'acheteur.

Deuxièmement, il faut comprendre ses options. Selon David Stafford, les caractéristiques du prêt et la marge de manoeuvre sont tout aussi importantes que le taux. «Bien des acheteurs ne voient que celui-ci et le calendrier de remboursement, mais il faut absolument tenir compte de certains autres aspects, comme le calendrier de remboursement anticipé. [Pourrait-on] faire un ou deux versements supplémentaires pendant l'année? Certains produits ne le permettent pas, alors que le remboursement anticipé peut retrancher des années de paiements hypothécaires», illustre-t-il.

Troisièmement, il faut déterminer si le prêt sera transférable d'une habitation à une autre. Certains acheteurs choisissent de changer d'habitation après un an ou deux ans, notamment les nouveaux acheteurs, évoque David Stafford. La possibilité de transférer le prêt à la nouvelle propriété constitue donc un point incontournable de la discussion, selon lui.

Quatrièmement, il est préférable d'obtenir une préapprobation avant de déposer une offre d'achat. «Bien qu'il soit utile d'avoir une idée du prêt auquel vous auriez droit, nous vous invitons carrément à obtenir une préapprobation avant de partir à la recherche d'une habitation», dit David Stafford.

Finalement, il faut être bien conseillé. L'achat d'une habitation constitue pour la plupart des gens, l'achat le plus important de leur vie. Il est donc important de bien comprendre les impacts de chacune des décisions qui seront prises. Pour y parvenir, David Stafford est d'avis qu'il est préférable d'être accompagné par un professionnel.

Selon lui, la présence d'un conseiller permettra au client de savoir ce qu'il peut se permettre et comment structurer son contrat de prêt. Il est aussi important de trouver aussi un agent immobilier qui comprend ses besoins, ainsi qu'un avocat ou un notaire pour sceller l'entente. Enfin, le client devrait retenir les services d'un inspecteur d'habitation et d'un courtier d'assurance pour assurer la propriété.


Le sondage a été effectué en ligne par la firme Nielsen, du 28 janvier au 6 février 2015, auprès de 1 008 membres du panel de Nielsen qui sont propriétaires ou comptent le devenir dans les deux prochaines années.

Source: Finance et Investissement, Journal Les Affaires

Michel Bergeron

Michel Bergeron

Courtier immobilier agréé
CENTURY 21 Immo-Plus
Contactez-moi

Archives du blogue